1. médialab Sciences Po
  2. Productions
  3. Comment se forment les publics d’une carte de crimes ? — une analyse computationnelle de traces textuelles

Comment se forment les publics d’une carte de crimes ? — une analyse computationnelle de traces textuelles

Jean-Philippe Cointet, Sylvain Parasie

Dans cet article, nous nous demandons dans quelle mesure un public au sens fort du terme peut se former autour des occurrences diffusées par les plateformes journalistiques en ligne – c’est-à-dire pas seulement un ensemble d’individus qui consomment des informations, mais un être collectif qui partage des interprétations communes. Pour répondre à cette question, nous avons analysé un corpus de 28 828 commentaires postés sur « The Homicide Report », une plateforme apparue en 2010 qui fournit une information standardisée sur tous les homicides commis à Los Angeles. Nous avons eu recours à une méthode d’analyse textuelle très peu utilisée en sciences sociales, qui repose sur des algorithmes d’apprentissage supervisé. Cette enquête conduit à deux résultats. D’une part, nous montrons que les internautes parviennent à élaborer des interprétations communes à partir des occurrences qui leur sont adressées, en combinant trois façons de « faire public » qui empruntent aux médias traditionnels. D’autre part, nous montrons que l’exploitation sociologique des inscriptions textuelles permet de réduire le fossé entre les enquêtes quantitatives sur les audiences – qui se situent à grande échelle, mais échouent à saisir des interprétations – et les études plus qualitatives – qui saisissent des interprétations à une échelle très locale.