1. médialab Sciences Po
  2. Actualités
  3. Détecter et archiver automatiquement les événements médiatiques sur Twitter

Détecter et archiver automatiquement les événements médiatiques sur Twitter

Béatrice Mazoyer, doctorante en informatique (CentraleSupélec - SciencesPo Paris) présentera des travaux de l'INA.

Rendez-vous, Séminaire de recherche

Salle du médialab, 13 rue de l'Université, 75007 Paris

Résumé

Les médias voient depuis quelques années leur rôle redéfini du fait de la massification des réseaux sociaux : leur audience leur est acquise largement parce que les sujets qu’ils traitent sont partagés sur Facebook ou Twitter. Les modes de consommation de l’information en ligne s’en trouvent donc radicalement transformés. En retour, les modes de production de l’information par les médias se transforment également. Cependant, il est difficile d’évaluer précisément l’ampleur de cette transformation : à quel point le retentissement d’une information sur les réseaux sociaux influence-t-elle le traitement qui en est fait dans les médias? À l’inverse, toutes les nouvelles relayées par les médias sont elles reprises de la même façon sur les réseaux sociaux? Cette présentation vise à décrire les moyens (collecte d'un corpus d'un an de tweets et de pages web, mise en place d'un algorithme de détection automatique d'événements) mis en œuvre à l’INA pour répondre à ces questions.

Biographie

Béatrice Mazoyer est doctorante en informatique (CentraleSupélec - SciencesPo Paris). Elle travaille sur les influences réciproques entre les réseaux sociaux et les médias d’information traditionnels. Son approche est bi-disciplinaire : elle s'appuie d'une part sur la recherche en informatique (traitement automatique du langage, machine learning) pour traiter des jeux de données contenant des millions de messages par jour. D'autre part, elle adopte une démarche d'économétrie pour comprendre les liens de causalité entre l'activité sur les réseaux sociaux et dans les médias. Sa thèse est financée par l’Institut National de l’Audiovisuel et co-supervisée par Céline Hudelot (CentraleSupélec, laboratoire MICS) et Julia Cagé (département d'économie de Sciences Po Paris).