Avec le numérique, l’espace public est entré dans une zone de grande turbulence. Le web et les réseaux sociaux ont profondément modifié la manière dont l’information est produite et accessible. En abaissant, pour les internautes, le coût de la publication et de l’expression en ligne, le volume des informations disponibles a connu une croissance exponentielle. Les journalistes des médias professionnels connaissent une érosion de leur pouvoir de hiérarchisation et de cadrage de l’agenda public. Parallèlement, une série de perturbations d’un nouveau type sont apparues avec la circulation des informations dans les espaces conversationnels ouverts par les réseaux sociaux : mouvements sociaux initiés par un hashtag, diffusion virale d’infox, brutalisation du débat public, éclatement des arènes de discussion… Ces multiples changements conduisent trop souvent à penser le système informationnel comme un marché entièrement dérégulé et chaotique.

Objectif et méthodologie

L’ambition du projet engagé au médialab est d’analyser la structure de ce nouvel espace public numérique en faisant l’hypothèse qu’en dépit de son désordre apparent, il existe une architecture de la visibilité et des circuits de l’information qui lui sont propres. Nous cherchons également à comprendre l’architecture des différents niveaux de l’espace public numérique en analysant la façon dont les médias distribuent l’autorité (à travers les liens hypertextes), la réputation des informations (à travers leur circulation sur Twitter) et, de façon partielle, la mise en conversation des informations sur Facebook.

Corpus et outils

Nous nous sommes appuyés sur une collecte de grande ampleur des publications issues d’un corpus de 400 médias, blogs et sites d’informations français pour saisir l’espace de production des informations en ligne. Les articles de ce corpus de sites d’actualités sont collectés avec les outils MediaCloud et hyphe. Par ailleurs, une collecte de l’ensemble des tweets partageant les articles du corpus est réalisée. Le projet conduit un ensemble d’analyses à partir de cette base de données originale, visant à identifier les différents circuits de l’information numérique, à détecter les lieux de production et de partage des infox et à conduire des analyses thématiques et argumentatives du traitement médiatique de certains événements comme l’affaire Benalla ou les Gilets Jaunes.

Partenariat

Ce projet de recherche est mené conjointement avec les équipes du Berkman Klein Center à Harvard et du MIT à Cambridge sur l’espace public américain dans le but de réaliser une étude comparative des transformations américaine et française de la structure de l’espace public numérique.